Litiges récents impliquant des .PARIS

<astonmartin.paris> suspendu en URS

Fin mai 2016, le constructeur automobile Aston Martin fait suspendre en URS auprès du NAF le nom de domaine <astonmartin.paris>, qui n'était pas utilisé. Le défendeur n'a pas répondu.

<bnp-paribas.paris> suspendu en URS

Fin mai 2016, la banque BNP Paribas fait suspendre en URS auprès du NAF le nom de domaine <bnp-paribas.paris>, qui affichait une page parking.

Le Groupe Auchan récupère <auchan.paris>

Le nom de domaine <auchan.paris> avait été déposé en octobre 2015 pour y afficher une simple page parking. Le centre de médiation de l'OMPI a jugé que le titulaire l'a enregistré et l'utilisait de mauvaise foi, et a ordonné son transfert au Groupe Auchan.

<sanofi.paris> bloqué via une procédure URS

Le groupe pharmaceutique français Sanofi a fait bloquer <sanofi.paris> en octobre 2015 via une procédure URS. Le nom de domaine renvoyait la page parking d'un registrar.

LVMH bloque <tagheuer.paris> par une procédure URS

Le groupe LVMH a remporté une procédure URS concernant le nom de domaine <tagheuer.paris>, cybersquattant à l'identique sa marque de prestige TAG Heuer.

Moins coûteuse que l'UPDR, la procédure URS ne permet pas le transfert ou l'annulation d'un nom de domaine, seulement son blocage. Plus d'informations dans cette comparaison entre les procédures extrajudiciaires UDRP et URS.

<taxisg7.paris> transféré aux taxis G7

En août 2015, les taxis G7 récupèrent leur nom de domaine cybersquatté à l'identique en .PARIS. Le nom de domaine n'était pas utilisé par le défendeur.

Le Pari mutuel urbain récupère <pmu.paris>

Le PMU obtient gain de cause en août 2015 concernant le nom de domaine <pmu.paris>, déposé lors de l'ouverture à tous, en décembre 2014. Le défendeur prétendait avoir eu l'intention de déposer une marque correspondant au sigle PMU, mais n'en a pas fourni de preuves suffisantes, et avait proposé le domaine à la revente au Pari mutuel urbain.

La Brioche Dorée récupère <briochedoree.paris>

Le groupe Le Duff, maison mère de la chaine de restauration Brioche Dorée, a récupéré le nom de domaine comprenant la marque à l'identique <briochedoree.paris> en juillet 2015. Le défendeur avait enregistré le nom de domaine peu après l'ouverture générale afin de le revendre à la Brioche Dorée.

Solvay récupère <solvay.paris>, sans site actif

Le groupe Solvay, leader belge dans l'industrie chimique, récupère en juin 2015 le nom de domaine <solvay.paris>. S'agissant d'un cybersquatting de marque à l'identique, le panel s'est prononcé en faveur du réquérant bien que le domaine ne renvoyait vers aucun site actif.

Danone fait suspendre <groupedanone.paris>

En juin 2015, Danone obtient gain de cause concernant le nom de domaine <groupedanone.paris> qui cybersquatte à l'identique d'une de ses marques.

Le nom de domaine a été suspendu, c'est-à-dire qu'il n'est plus utilisable.

Le Figaro récupère des noms de domaine à l'identique

En mars 2015, seulement 4 mois après l'ouverture à tous du .PARIS, les noms de domaine <lefigaro.paris> et <le-figaro.paris> sont transférés au titulaire de la marque Le Figaro. Le cybersquatteur proposait les noms de domaine à la vente.
Besoin d'information complémentaire ?
Contactez un expert ProDomaines pour vous conseiller.

+33 (0)5 57 26 44 55

contact

Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné aux opérations relatives à la gestion commerciale. Les destinataires des données sont le personnel de ProDomaines.

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à info[at]prodomaines.com .

Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant. Informations supplémentaires sur notre page de mentions légales.

Contact
···